Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 17:14

L'UMP veut abroger la durée légale du travail

Patrick Devedjian a choisi le dixième anniversaire de la loi Aubry pour mettre les pieds dans le plat. Le secrétaire général de l'UMP demande le "démantèlement définitif" des 35 heures. Et souhaite que durée du travail ne soit plus définie par la loi, mais par la négociation, entreprise par entreprise.

 

 

L''UMP demande le "démantèlement définitif" de la semaine de 35 heures dès 2008 et la négociation de la durée du travail entreprise par entreprise en lieu et place de sa fixation dans un cadre national. Le principal parti de la majorité présidentielle et parlementaire a choisi, pour mettre ainsi les pieds dans le plat, le dixième anniversaire du vote par l'Assemblée nationale de la première loi Aubry fixant en France la durée légale du travail effectif à 35 heures par semaine.

"L'UMP demande avec force le démantèlement définitif des 35 heures et que la durée du travail soit contractuelle, entreprise par entreprise", a déclaré son secrétaire général lors d'un point de presse. "Ce que nous voulons, c'est que la durée du travail soit fixée entreprise par entreprise par la négociation sociale", a précisé Patrick Devedjian, qui a souhaité que cela soit effectif dès cette année.

Prié de dire si cela signifiait la fin de la durée légale du travail en France, il a répondu : "Oui (...) Ça cessera d'être un système national."

Le président Nicolas Sarkozy, le gouvernement et, de façon plus générale, la droite, ont fait de la semaine des 35 heures, une des réformes du gouvernement de gauche de Lionel Jospin (1997-2002), une des principales causes des maux de la France.

Les gouvernements de droite qui ont succédé à celui de Lionel Jospin ont progressivement assoupli les 35 heures sans toutefois toucher à la durée légale.

La remise en cause de la durée légale du travail, souhaitée par le Medef, a toutes les chances d'être dénoncée par l'opposition mais risque également d'être considérée comme un casus belli par les syndicats.

Les déclarations du secrétaire général de l'UMP marquent une volonté du parti majoritaire de prendre date dans un débat qui traverse également le gouvernement et la majorité.

"Dans le débat qui s'ouvre, nous prenons position", a expliqué Patrick Devedjian. "Je souhaite que ceux qui seraient tentés de s'opposer à cette évolution (la fin des 35 heures) sachent que l'UMP est déterminée sur ce terrain." "Il faut que la représentation syndicale soit améliorée pour que le rapport de force à l'intérieur de l'entreprise soit équilibré", a cependant admis le secrétaire général de l'UMP.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Résistance
commenter cet article

commentaires