Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 07:58
Les services de police effectuent, sans doute, un travail qui les expose à des situations de danger quand ils sont confrontés à des affaires de banditisme ou de terrorisme ou encore quand ils doivent maîtriser des forcenés ou des personnes en état de grande excitation. Il est parfaitement concevable que la nécessité d’intervenir de façon préventive tant pour leur sécurité que pour celle du public  les amènent à utiliser la force physique pour neutraliser des criminels potentiels en anticipant la violence  et en la maîtrisant avec soudaineté. Tous les citoyens l’admettent volontiers mais ils sont en droit de s’inquiéter quand les mêmes pratiques  sont de plus en plus souvent utilisées de façon habituelle à l’encontre de citoyens qui  exercent leurs libertés d’expression, de réunion et de manifestation, libertés publiques garanties par la Constitution. La brutalité contemporaine des comportements policiers répond clairement à une politique délibérée visant à écraser tout ce qui s’organise  et prétend vivre hors les normes (et non plus les lois) que le pouvoir de plus en plus « monocratique »  veut imposer. Tout contestataire tend, désormais, à apparaître comme une sorte d’ennemi,  projeté comme un indésirable désigné à la vindicte populaire et auquel devrait être appliqué des méthodes  faites de  provocation, d’intimidation, de menaces. L’augmentation spectaculaire des garde-à-vue (+67% entre 2001 et 2007) s’est accompagnée de l’augmentation corrélative des délits d’outrage suite aux réactions de défense de citoyens atteints dans leur dignité, trop souvent humiliés par des pratiques en parfaite contradiction avec le code de déontologie de la police (de quel droit, notamment, certains policiers, se permettent de tutoyer les citoyens retenus ou gardés à vue, les plaquent-ils à terre , les obligent-ils à se déshabiller…sans parler de l’état détestable des cellules). La frénésie sécuritaire du chef de l’Etat obsédé par  « la tolérance zéro » (sauf pour les délits financiers et la corruption) s’est soldée par 21 lois et 21 décrets concernant la sécurité depuis son arrivée au ministère de l’intérieur et par 6 lois sur la détention provisoire. La culture de la peur développée au cours de la campagne électorale a déjà ciblé les immigrés, les jeunes présentés non comme promesse d’avenir mais comme menace potentielle ; elle s’étend désormais à tous ceux qui veulent contester le fonctionnement autocratique d’un pouvoir acharné à restreindre les libertés publiques pour étouffer toute velléité de résistance populaire.

Ainsi la répugnante toile d’araignée de la peur s’installe en chaque citoyen vivant dans la crainte d’être la prochaine victime, à moins que ce ne soit un proche, conjoint, parent, enfant.( Un écolier âgé de 6 ans vient d’être cueilli à la sortie de l’école par six policiers arrivés dans deux voitures pour un vol de vélo !! et interrogé pendant deux heures...!) L’usage politique de la peur (des étrangers, en particulier et même des jeunes*) vise à diviser, isoler, fractionner en détournant l’attention des individus de l’insécurité qui menace leur l’environnement, leur emploi, leur santé, l’éducation de leurs enfants. L’exigence démultipliée de  protection et de sécurité cultivée par cet usage politique en vient à créer  une insécurité encore plus grande que celle qu’elle prétend combattre.  Repliant chacun sur lui-même aux dépends de la solidarité et de la fraternité humaines, la culture de la peur constitue un instrument pour dissuader les citoyens de s’intéresser à la Res publica , à ce qui doit les réunir dans le recherche du bien commun et de la paix sociale.

Vivre en démocratie, c’est être délivré de la peur.

                                          Granville, le 4 juin 2009

                                          Yann Le Pennec

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yann Le Pennec 08/06/2009 10:24

La paix sociale peut être un jour avec les lendemains qui chantent mais d'abord le combat pour la justice sociale maintenant. YLP 

gauchedecombat 07/06/2009 12:43

toi aussi l'ami , participe (si tu veux et peux !) à la chaîne que j'initie en mettant en ligne ta propre bibliothèque du parfait petit terroriste !http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/06/07/la-bibliotheque-du-parfait-petit-terroriste/On va voir si tu l'oses !....