Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 07:16

PoingFinalement, il ne nous a pas fallu attendre longtemps pour voir qu'Hollande  ne ferait guère mieux que Sarkozy. L'épisode répressif d'hier à l"école publique Anne Frank de Saint-Pair-sur-Mer ( 50 ) nous le prouve.
A l'inquiétude des parents d'élèves, à l'incompréhension des enseignants une seule réponse : les chaussures à clous. Voilà qui augure bien du quinquennat à venir.

Communiqué du collectif de parents d'élèves :

"Alerté par l'Inspection d'Académie, le Préfet fait intervenir la police à 18h30 à l'école Anne Frank de Saint Pair, en mobilisation depuis de longs mois contre la suppression (à effectif constant) d'un poste.

Les parents avaient décidé d'occuper l'école, de séquestrer jusqu'à demain matin la directrice, et de faire de cette nuit un moment d'information et de mobilisation.

Les parents ont "obtenu" un rendez-vous avec l'Inspectrice de circonscription, vendredi 29 juin : ça leur fait une belle jambe, l'Inspectrice n'a aucun pouvoir. Celui qui pourrait débloquer la situation, le Directeur d'Académie, M. Morlet, fait le mort. Pour l'instant."

Plus que jamais la lutte continue. Le Mammouth s'en fera l'écho. 

Banderolle-collectif-parents.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Luttes
commenter cet article

commentaires

Tabasco 28/06/2012 18:24


Avez vous perdu l'esprit ?


Une école, sanctuaire par excellence, est occupé de façon illégale et une enseignante est retenue à l'intérieur contre son gré ! Et vous ne trouvez rien de mieux à faire que de vous insurger
contre la police (ou la gendarmerie) qui est venue libérer la pauvre fonctionnaire injustement séquestrée et dont la famille attendait, inquiéte, sa libération par ses ravisseurs. Mais dans quel
pays sommes nous pour nous protester contre l'action des pouvoir publics qui libèrent, sans violence, un otage ?


 


A moins que tout ceci n'éit été une farce depuis le départ, que l'occupation était tolérée dès le départ par le directeur et que la victime de séquestration était en tout point consentante...
Dans ce cas ce n'est ni une occupation, ni une séquestration, mais rien de plus qu'un coup de com visant à se faire une bonne place dans les torchons locaux toujours avides de non-événements.


 


Je ne conteste pas la légitimité du combat de ces parents : les fermetures de classes sont des injures permanentes au service public et à l'avenir de notre pays, mais les moyens employés ne sont
pas les bons. Entre fausses actions et fausses indignations on en arrive à décrédibiliser le combat que l'on mène.

Le Mammouth 30/06/2012 07:31



Il n'y a pas de bons ni mauvais moyens pour se défendre quand on est attaqué. Et jusqu'à preuve du contraire le gouvernement Ayrault a plus fait allégeance à l'enseignement privé confessionnel
qu'au service public d'éducation.
Quant au préfet sarkozyste, lui il est en place et continue à sévir !