Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 13:53

Plume libertéLa réputation favorable de l’homme (ou de la femme), simple, facilement abordable, honnête, dévoué aux autres, attachés à des valeurs qui seraient les siennes (plus que celles de tous les autres) constitue un capital électoral souvent décisif. Ce qu’ignorent les électeurs, parce que leur favori l’ignore lui-même, ce sont les ressorts personnels, les aspects de la personnalité que l’épreuve du pouvoir va révéler. Exposé aux interpellations et à ses contradictions, au double langage, elle confronte l’homme à lui-même  d’autant plus qu’il est  porté, par manque de distance et à son insu, à « incarner » le pouvoir. Dérive autocratique, obstination à persévérer dans l’erreur, restriction de l’entourage à un petit nombre de (supposés) fidèles guettant le faux-pas, délibérations secrètes et tentatives de contournements de la loi au profit des plus influents, des puissants.

 L’opposition est alors discréditée, stigmatisée comme dénuée d’intelligence, de compétences, d’intégrité, de capacité d’expertise, d’humanisme du fait même qu’elle s’oppose. L’épreuve du pouvoir ne tarde pas à produire des effets négatifs dans l’administration et les services : substitution croissante du contrôle à la délégation de pouvoir, surveillance accrue, manque de confiance ressentie comme forme de mépris, souffrance et humiliations.  

Rétraction démocratique, autoritarisme, la crise du politique s’est propagée du sommet de l’Etat jusqu’à la moindre commune… 

Yann Le  Pennec 

Despote-main.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Santier JM 17/03/2012 14:35


je ne savais pas que ça pouvait exister, un truc pareil