Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 07:33

Plume libertéUn citoyen s'adresse au conseiller général Jean-Marc Julienne ou "l'humain à géométrie très variable" dans la municipalité granvillaise.

Interpellé sur ses déclarations politiques concernant « la prise en compte de l’humain » concernant  l’extension du port, Monsieur Julienne a répondu par la vindicte visant qui « ne serait pas constructif ».  Ne seraient constructifs que ceux qui ne critiqueraient qu’à la marge les projets de l’équipe municipale. Les autres étant les « contre-tout » parce qu’ils opposeraient d’autres valeurs, d’autres conceptions, d’autres projets, qui ne serviraient pas strictement les intérêts des banques, du BTP et de l’immobilier pour promouvoir un tourisme de luxe autour d’un  port bien propre. Se présentant comme non « agressif », le conseiller général considérerait-il tout citoyen interpellant un élu sur ses prises de positions publiques comme quelqu’un d’agressif ? Curieuse conception du débat démocratique et de la démocratie locale

L’humain a donc le dos large dans  la Monaco du Nord, pour le port et même pour l’école quand le maire de Granville annonçant  intempestivement la fermeture d’un groupe scolaire prétend « conserver un caractère à taille humaine » en amenant le nombre de classes à huit dans certains groupes scolaires  Il faudra expliquer aux parents qui, chaque matin,  devront accompagner leurs enfants dans un autre groupe scolaire plus lointain ce «qu’un caractère à taille humaine » veut dire. 

Dans les deux cas, les granvillais comprendront que l’humain fait désormais partie du double langage qui permet à tous ceux qui font le jeu de la droite au pouvoir de passer sous silence les conséquences sociales des décisions prise par les élus.

Yann Le Pennec 

Banderolle ecole Granville A

Partager cet article

Repost 0

commentaires