Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 07:13

presse.jpgAujourd'hui, ce 17 mai nous sommes le 28 floréal de l'an 218 de la République (mais pour combien de temps encore?) .

Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen de 1793
Art 35 :
"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."

A ceux qui vont travailler très longtemps  : "Rien ne sert d’être vivant s’il faut que l’on travaille." André Breton


On s'y attendait : le Gouvernement a donné les grandes orientations que les syndicats auront à accepter : pour avoir une retraite presque décente il faudra travailler plus longtemps. Pour ceux qui ont la chance d'avoir du travail !

Pas question de rendre au Travail la part des richesses que la spéculation lui grignote toujours plus. Pas question de remettre en cause les abattements de charges qui ne profitent qu'à ceux qui vivent de la spéculation. Pas plus que de remettre en cause les abattements de charges qui engraissent les sociétés tout en laissant les chômeurs de côté.On ne touche pas aux dogmes, même s'ils sont dépassés.

Bref, nous tous allons payer. En nature et en argent. Mais pas les autres !

Comme d'habitude !

Retraite


On reste sidéré par tant d'inconséquence : Christine Lagarde nous refait le coup de la croissance. Les Français, eux sont très pessimistes. Etonnant, non ?

L'otage française, Clothilde Reiss, est revenue à Paris. Passé la satisfaction de savoir qu'elle a quitté les geôles iraniennes, la question des tractations et des contreparties se pose.


Deux policiers parisiens poursuivis pour vols et violences. Que dit Hortefeux ? Rien !

Qui a peur des apéros géants ?


Suite à la crise qui la secoue on peut se demander sur quelle base reconstruire l'Europe.

Quand Bruxelles veut passer la camisole de force aux peuples.

Le juge Garzon remue le couteau franquiste dans la plaie espagnole.


A Bankgog la crise tourne au drame sanglant. Les militaires ont ouvert le feu sur la foule. Le général rebelle est mort.


Mieux que les mystères de la religion catholique, celui de l'homme qui n'a jamais fait caca.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Revue de presse
commenter cet article

commentaires

David CABAS 25/05/2010 03:19




Retraites : mettre fin aux faux débats !


 


Nous ne devons pas céder au chantage injuste à la dette !


 




La dette de la France est injuste, elle n'est pas le résultat de trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites... Mais elle est bien le résultat de la
destruction de l'économie physique, et le pillage des établissements bancaires avec de lourds intérêts composés sur la dette depuis la fin du crédit public productif de la Banque de France.
La loi Giscard Pompidou du 3 janvier 1973 puis le traité de Maastrich interdit au gouvernement d'émettre de la monnaie et oblige de fait de s'endetter avec des taux d'intérêt aux banques
privés !




 


Chaque jour nous subissons un bourrage de crane qui appelle les citoyens au bon sens avec de mensonges patentés, comment garder une retraite à taux plein si la population vieillie etc etc !


 


Nous devons sortir de la mentalité monétaire, la mentalité calculette, c'est bien la peine de faire de si grande étude pour apprendre à faire des divisions. Nous devons apprendre les principes de
l'économie physique.


 




Une économie à taux plein d'emploi sans chômage ! Et oui c'est minimum avant de parler de rallonger le temps de travail !




Un retour à l'économie productive, et non une économie de financier et de commerce ! Une économie productive peut permettre de redistribuer les vrais fruits de la croissance physique.
L'argent n'est pas un richesse, personne ne vit en mangeant des billets.




 


Ceci suppose de sortir de la logique de pillage de notre système actuelle.


 


La force publique et nos responsables politiques doivent reprendre la main sur les intérêts financiers, nous devons remettre en place la loi Glass Steagall à la Française afin de séparer les
banques par activités. Les banques de dépôts séparer des banques d'affaire et des compagnie d'assurance afin de remettre les banques à leurs place, travailler pour faire vivre l'économie physique
et non jouer l'argent dans la spéculation et les casinos financiers.


 


Citoyens, nous devons nous organiser pour mettre en place une alternative. Vous voulez vous battre pour connaître les agissements des intérêts bancaires et financiers alors rejoins moi sur
facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts


 


David CABAS


http://david.cabas.over-blog.fr