Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 16:05

bonnet-phrygien.jpgA granville, après avoir quitté l'esprit tranquille leurs écoles pendant la durée des vacances scolaires d'été, enseignants et parents d'élèves ont eu la désagréable surprise, à la rentrée, d'apprendre par le canal municipal qu'un des quatre groupes scolaires était menacé de fermeture. Avec, en apparence, l'un d'entre, plus spécialement, dans le colimateur du pragmatisme de l'hôtel de ville.

Ici, si le Mammouth peut se permettre d'employer cette formule, nous sommes devant un cas d'école, car d'ordinaire ce genre de nouvelle que redoute toute collectivité locale arrive par le canal administratif, via les services académiques ou ou de la préfecture. Ce qui provoque, généralement, pour toute municipalité qui se respecte, émoi, colère et une saine réaction visant à sauvegarder ce qui est une des cellules vivantes de la ville : le lieu de savoir est de lien social qu'est l'école ! Voilà donc une décision brutale, qui tape dans "le dur", dans le cœur d'un quartier : les enfants et leur familles.

D'ailleurs contre tous les usages, et même contre toute règle, c'est le maire qui se charge de l'annoncer à la presse alors qu'une telle décision relève du vote du conseil municipal. Qui ne s'est pas encore prononcé !

Il semblerait que monsieur le maire de Granville, en ait assez des menaces répétées sur les écoles de Granville et ait décidé d'anticiper, tel un chirurgien sur le front, en amputant lui-même. Bien sûr, "il ne s'agit pas de supprimer un groupe" nous dit-on, mais de regrouper.  Dans le cadre d'un projet mené sur le long terme, dans la concertation et avec toutes les parties impliquées, avec un vrai projet éducatif et urbaniste, cela aurait peut-être pu se concevoir. Mais ici, à "la hussarde", cela provoque au mieux incompréhension et surtout colère. Car, n'en déplaise à l'édile qui porte ce projet, les elèves ne sont pas des bottes d'oignons qu'on déplace deux deux entrepots pour les ranger ailleurs. L'humain réagit toujours très mal à l'arithmétique économique. Et le parent d'élève encore plus. Tout le monde sait que si une école ferme, l'autre n'accueillera pas toute la totalité des élèves concernés et qu'il y aura très probablement une fuite vers le privé catholique. Surtout si c'est Jean Macé qui disparait. Cela est bien sûr irrationnel et injuste. Mais bien en adéquation avec une mesure qui l'est elle-même. 

Alerte-ecole-Granville.jpg

On peut donc légitimement se demander ce qui s'est passé entre juin et septembre pour justifier un tel projet.

Le syndrome des agences de notations aurait-il frappé la municipalité ? Rassurons-la tout de suite. Le Triple Ane (Anerie Authentique et Autoritaire) est solidement garanti. Le développement durable de l'enseignement confessionnel semble assuré et l'immobilier se frotte les mains.

Gérer les suppressions de classes au compte-gouttes serait-il trop difficile ? La poliitque est l'art de résoudre les problèmes. Et nul n'a dit que c'était facile. Un conseil, si on ne veut pas se confronter aux dits problèmes, on change d'occupation.

Y aurait-il un projet qui nous serait caché, comme un changement de destination de certains bâtiments en question ? Nous n'osons le croire...

Mais aujourd'hui, les citoyens de Granville sont au pied du mur. Le Mammouth sait qu'ils ne resteront pas l'arme au pied. Un collectif de lutte existe et prépare des initiatives spectaculaires qu'il faudra soutenir.

Le Front de Gauche s'est rangé à côté d'eux. Mais d'autres, avec de nombreux citoyens doivent le rejoindre. Un tel projet ne doit pas voir le jour. 

Si Granville compte des Indignés, c'est le moment qu'ils se lèvent. Dans l'urgence. Pour l'Ecole publique et laïque granvillaise.

On nous parle d'une initiative prochaine. Le Mammouth vous tiendra au courant.

Le Mammouth Manchois Indigné, le11 décembre 2011.

Banderolle ecole Granville A

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Luttes
commenter cet article

commentaires