Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 11:26

PoingLundi 6 août s'est tenu à Coutances le procès d'un jeune militant anti-THT poursuivi pour  participation à un attroupement armé, non dispersion et violences et à qui l'on reproche "une entorse" au doigt d'un gendarme et "des contusions" à la main d'un autre, alors qu'il ne correspond pas à la description de la personne mise en cause par ces mêmes gendarmes.

Au cours de ce procès et après visionnage des films pris par les forces de l'ordre, écoute d'un médecin responsable du SAMU de la Manche, et lectures de pièces versées au dossier les avocats du "dangereux terroriste" n'auront pas de mal à prouver qu'il s'agit de faire de lui un bouc émissaire d'un état plus enclin à suivre la politique commerciale d'AREVA que les régles d'une république démocratique.

D'autant que si les terribles blessures qu'ont subi les forces de l'ordre ( mais quel Ordre au fait ? ) ont fortement ému la procureur, celle-ci est resté de marbre devant les 30 blessés parmi les manifestants, dont trois très graves : œil et visage abîmé pour l'un par tir tendu de grenade, œil presque perdu pour une autre et éclats de grenade sur le corps pour une dernière. Madame le Procureur a l'émotion sélective !

Il a été montré que de troubles à l'ordre public, il n'y avait point eu puisque les faits s'étaient déroulés loin de pylones et sur une parcelle de terre privée. D'autant que cela sentait le guet-apens policier et la provocation préfectorale ( selon les avocats )

Pire, un rapport accablant le jeune homme semble avoir été rajouté après coup, ce que n'a pas manqué de dénoncer la défense. Ils ont demandé la relaxe alors que la partie civile ( AREVA ! ) demandait dix mois d'emprisonnement fermes et une interdiction de séjour sur les départements concernés par les lignes.

Cette action en justice montre encore une fois que le gouvernement actuel donne les mêmes consignes à ses services d’ordre quand il s’agit de conforter l’exercice de la force pour faire accepter par les habitants d’un territoire des décisions qu’ils refusent. Les gouvernements passent et le lobby nucléaire reste aussi puissant.

Le jugement sera rendu le 21 août. Les citoyens vont être très attentifs au message envoyé.


Tribunal-Coutances-6-aout-2012.jpg

De nombreux militants et citoyens s'étaient déplacement pour soutenir le jeune militant. En les regardant, le Mammouth se souvenait qu'il y a quelques années, ces mêmes militants, dont lui, s'étaient déplacés tout un été pour réclamer la libération de José Bové. Le député européen EELV, François Dufour étaient de ceux-là. Ce même député avait promis d'aller déboulonner lui-même les pylones. Hier, on ne l'a pas vu au tribunal. Ni ses amis de la "Conf" ! No comment. Son comparse Bové, n'était pas là non plus. Il devait être à la chasse au loup.

http://www.franceinfo.fr/environnement/jose-bove-veut-tirer-sur-les-loups-et-se-retrouve-dans-le-viseur-d-une-asso-695749-2012-08-03  

Ecoutez cette vidéo et vous saurez qui vous avez élu. Avec des écologistes de cette trempe la nature a du souci à se faire !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Luttes
commenter cet article

commentaires

Diablo 02/01/2013 08:15


Le Mammouth va t-il se réveiller en 2013?


Salut et fraternité


Diablo

Tabasco 12/08/2012 20:58


Areva ne se fait pas justice, elle este en justice comme toute personne morale ou physique peut le faire dans un état de droit, nous ne sommes pas en Union Soviétique que diable ! Par ailleurs,
vous n'avez pas le même esprit critique vis à vis du nucléaire lorsque l entreprise permet, par ses impôts, de financer les projets de bobo de Granville. Et je ne parle pas du CE d EDF qui
finance la fête de l'huma !

Jean-Marc Santier 07/08/2012 12:27


Selon OF de ce jour, la proc aurait demandé 10 mois fermes. Personnellement, j'ai entendu 10 mois sans autre précision. 


Un des avocats du jeune militant a parlé de 6 mois avec sursis.


Quoique qu'il en soit, la demande de la proc aux juges est une atteinte à la démocratie.


Concernant les blessés parmi les manifestants, non seulement le proc et le préfet sont réstès de marbre, mais ils avaient l'obligation, même sans plainte des victimes, d'engager une action en
justice pour connaitre la vérité et déterminer les responsables.