Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 08:10
undefinedLe bricolage politique de la direction du PS n'en finit pas de faire des vagues.  Et sera probablement plus dévastatrice qu'ils ne le pense. Sauf ressaisissement.
Des réactions :


Communiqué de Marc DOLEZ, député P.S. du Nord
Je juge déplorable la position du groupe Socialiste de l’Assemblée Nationale, annoncée ce jour, de boycotter la réunion du congrès de Versailles, le 4 février, pour la révision de la Constitution préalable à la ratification du Traité Européen.
Alors qu’en votant non à la révision de la Constitution, où la majorité des 3/5 est requise, les
parlementaires de gauche peuvent imposer au Président de la République le référendum dont il ne veut pas, le boycott revient à renier les engagements pris et à se rendre complice de cette forfaiture qui consiste à faire adopter par le parlement un projet de traité précédemment repoussé par le peuple.
Profondément attaché au respect de la souveraineté populaire, je refuse pour ma part de cautionner cette indigne complicité et me rendrai donc, le 4 février, au congrès de Versailles pour voter non.
Le 8 janvier 2008

COMMUNIQUE du MARS / GAUCHE REPUBLICAINE
DEPUTES ET SENATEURS DE GAUCHE VOUS VOULEZ VRAIMENT UN REFERENDUM ?
VOTEZ NON LE 4 FEVRIER !

Par la voix de son Président Jean-Marc Ayrault, le groupe de députés socialistes à l’Assemblée nationale vient d’annoncer une double décision.
Celle de voter le traité simplifié européen parce que, dit-il, « ses acquis sont supérieurs à ses insuffisances et parce qu’il est enfin une chance de sortir l’Union de sa paralysie politique ».
Celle de boycotter la réunion du Congrès du 4 février à Versailles par refus de participer « à la révision préalable de la Constitution dès lors que nous défendons la voie référendaire plutôt que la voie parlementaire ».
Il s’agit dans les deux cas d’une faute.
La première n’est malheureusement guère surprenante : on sait que la majorité des élus du PS et de ses alliés avait dit son accord avec le TCE. Cela ne fait hélas que confirmer leur adhésion majoritaire à un texte qui reprend les mêmes ornières libérales que feu le projet de constitution rejeté par 55% des citoyens en 2005.
La seconde n’empêchera en rien le Président de s’exonérer de la voie référendaire. Pour cela il lui faut en effet recueillir le 4 février, 3/5ème des suffrages exprimés sur sa proposition de modification constitutionnelle préalable à toute ratification. Boycotter le Congrès évite d’avoir à voter oui mais a exactement le même effet ! Si les élus de gauche veulent sérieusement
défendre la voie référendaire et respecter ainsi la souveraineté populaire, ils n’ont qu’une solution : aller voter non lors de la réunion du congrès. A eux seuls, ou presque, ils forceraient le Président à revenir devant le peuple. Toute autre attitude sera comprise comme hypocrite.
Mais cette décision reflète en fait le malaise des élus socialistes face à la pression qui se fait jour. Dire deux fois oui à Nicolas Sarkozy et à la droite – sur le fond de son traité et plus encore sur la façon anti-démocratique dont il l’entend le faire passer – devient de plus en plus difficile à assumer dans la période et à quelques semaines des Municipales. Rien n’est donc perdu : il faut accentuer la mobilisation pour que les élus franchissent le pas et rendent au peuple le pouvoir de décision dont Sarkozy entend le priver. Le Mars-Gauche Républicaine entend faire de cette question l’une de ses tâches majeures dans les semaines à venir en participant aux mobilisations prévues et notamment en oeuvrant à la réussite des initiatives décidées dans le cadre du CNR (Comité National pour un Référendum).

Communiqué de la LCR
Hold-up anti-démocratique sur le traité européen.
Jean-Marc Ayrault vient de faire savoir que les députés socialistes ne se déplaceraient pas, le 4 février à Versailles, pour voter la réforme constitutionnelle préalable à la ratification du Traité constitutionnel européen adopté à Lisbonne mais qu’ils voteraient en faveur de cette ratification. Attitude paradoxale puisque c’est au nom de la nécessité d’un référendum que les députés socialistes ne s’opposeront pas à la révision constitutionnelle permettant la ratification par la voie parlementaire. Ils renoncent donc à mener la bataille au sein du Parlement pour que la majorité des trois cinquièmes requise pour la révision ne soit pas
atteinte. Ainsi, ils apportent leur pierre au hold-up démocratique mis en place par N.Sarkozy. La LCR condamne cette décision. La seule façon démocratique de vérifier l’opinion des citoyens à propos de la construction européenne c’est de redonner la parole au peuple. C’est pourquoi, la LCR participera pleinement aux initiatives et meetings prévus par le Collectif national pour l’organisation d’un nouveau référendum et le vote non.
Le 8 janvier 2008.
Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 09:27
undefinedAujourd'hui nous sommes le 10 nivôse de l'an 216 de ( mais pour combien de temps encore?) la  République.

"Il n'y a pas de honte à préférer le bonheur." Albert Camus. Cette maxime est dédiée à tous ces "étrangers" qui cherchent ici l'espoir qui les a abandonné chez eux.

C'est arrivé ce 31 décembre :

En 1979, selon des sources diplomatiques, l'URSS a envoyé 20.000 hommes en Afghanistan afin de soutenir le gouvernement de Kaboul contre les rebelles musulmans. Les Etats-Unis, en réaction armeront les moudjahidins qui deviendront les talibans. On connait la suite.

En 1869,  naissance d'Henri Matisse

Le Sarkoland termine l'année en beauté. Avec une loi, vot&e à la sauvette, dans le brouhaha des derniers jours de fête. Une loi qui nous rapproche encore un peu plus de ces pays qui s'appellent dictatures. Une loi qui sent le vichyssisme à plein nez. Une loi taillée sur mesure pour l'électorat d'extrême-droite.

undefined

Présentée comme un outil supplementaire de lutte contre l'immigration sauvage, cette loi crée crée un fichier automatisé de "données à caractère personnel relatives aux étrangers faisant l'objet d'une mesure d'éloignement" pour permettre "le suivi et la mise en oeuvre" de ces mêmes mesures. Elle est baptisée loi "Eloi". Pas comme St-Eloi, celoi de la chanson, mais comme "éloignement". Qui a dit que nos politiques n'avaient pas d'imagination?

Cette loi fichera les étrangers et tout ce qui les concerne, mais fichera aussi les hébergeants. Avis aux démocrates, vous serez fichés. Et quand bien même, si certains trouvent que c'est un progrès que la conservation des données sensibles soit ramenée de trois ans à trois mois, il apparait que pour les mineurs elle sera toujours de trois ans. La chasse aux enfants, spécialité du sinistre Hortefeux, pourra continuer. Et les forces de l'ordre pourront, une fois encore, faire de beaux tableaux de chasse aux portes des écoles. Et puisque nous parlons d'enfants, pensons qu'il y en a, privés de liberté, dans les centres de rétention. Et que la France, avec quelques dictatures dans le monde, est la seule à enfermer des enfants!

undefined

Et surtout, surtout! N'oubliez pas que tout cela est voulu, organisé et couvert par Nicolas Sarkozy, Président d'une République que nous ne reconnaissons pas!





undefined

Lu dans la presse :

Dépêche AFP : Création d'un fichier pour les étrangers visés par une mesure d'éloignement

Le Monde :
Création d'un fichier des étrangers visés par une mesure d'éloignement

Le Journal du Dimanche : Sans-Papiers: "Eloi" fait débat

Radin Rue : Les étrangers de nouveau fichés en France

Allez, bonne fin d'année. Si nous voulons que celle qui vient soit, libre, égalitaire et fraternelle, il faudra faire beaucoup plus que résister. Se révolter!



Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 08:31
feminisme.jpgIl faut, décidément, faire attention aux mots. On entend beaucoup ces jours-ci les usagers se plaindre que les grévistes les « empêchent » d’aller travailler. Or, au sens strict, ils ne les empêchent pas. Ils cessent de les y aider. C’est quand même très différent : les grévistes suspendent le service qu’habituellement ils rendent contre salaire, et renoncent à leur paie pour la durée où ils cessent de « servir ». Ils exercent ce faisant leur droit de grève, strictement incontestable.

Que la grève constitue une nuisance est tout aussi incontestable, c’est même de là qu’elle tire son pouvoir relativement persuasif. Mais si elle est constitutionnellement garantie, c’est bien qu’elle est légitime dans son principe : elle est reconnue comme un instrument légal dans la négociation du rapport de force entre les employeurs et les employés. On observera au passage que la constitution prévoit donc bien que les relations entre ceux-ci et ceux-là sont susceptibles de prendre la forme de rapports de force, et qu’en somme les luttes sociales font partie du programme légitime de la société.

À ce titre, le terme d’ « otage » dont les « usagers-vus-par-les-médias » à moins que ce ne soient les « médias-vus-par-les-usagers » nous abreuvent est parfaitement inacceptable, et même obscène. Obscène évidemment pour les otages, les vrais, ici et là en quelques coins de la terre. Inacceptable ensuite parce qu’il porte une représentation du corps social trompeuse et délétère. Dans corps social il y a corps : nous en sommes tous les membres, il n’y a pas de partie neutre, qui se trouverait prise au piège, « à son corps défendant », d’une problématique ne la concernant pas. Chacun est agent du devenir collectif, et nous sommes tous partie prenante de la lutte sociale qui se joue ici.

On me répondra que c’est parce que nous sommes tous responsables du devenir collectif que les bénéficiaires de régimes spéciaux doivent contribuer à l’effort commun pour rendre possible le financement futur des retraites. Problème moral, plus qu’économique, puisque les personnes concernées représentent une part dérisoire du corps social, et que s’agissant d’économie(s), le gouvernement eût pu s’aviser d’en faire autrement qu’en tapant sur les petites retraites, en s’abstenant par exemple d’offrir l’équivalent de 90 fois la somme qu’il espère tirer de cette réforme, sous la forme de cadeaux fiscaux dont personne n’a réussi à prouver l’intérêt sur le plan collectif.

Problème moral décidément, car si l’on veut vraiment tendre vers l’équité dans le système des retraites, il faut évidemment prendre en compte non seulement la pénibilité, mais l’espérance de vie moyenne propre à chaque corps de métier dans le calcul des pensions : seul moyen de rendre une politique de financement des retraites acceptable, parce que cohérente.

Car la politique aussi fait corps, c’est un système symbolique complexe dont on attend au minimum de la cohérence. De la part d’un gouvernement de droite qui pratique une politique clientéliste et réserve à son sommet les privilèges les plus indécents (je songe notamment aux Centquarantepourcent, appelons-les comme ça puisque personne ne sait exactement de quoi il retourne), cette réforme-là est inacceptable. On ne demande pas un tel effort à ceux d’en bas quand on a fait tant de largesses à ceux d’en haut. C’est plus qu’un problème de communication. C’est un problème moral.

J’avoue ne pas connaître assez les métiers concernés (tellement divers !) pour être absolument certaine que ces régimes spéciaux ne sont pas la juste compensation d’efforts particuliers déjà consentis. Et j’ose dire que ce n’est pas le cœur de la question. Le cœur de la question bat dans ce fameux corps social envisagé comme un tout, dont le « corporatisme », tant décrié et bien mal compris, n’est que la métonymie.

Je m’explique : quand un corps de métier se bat pour que ses membres bénéficient d’une situation décente, c’est AUSSI à la décence des situations de travail en général qu’il œuvre. Sans doute les motivations des grévistes sont-elles pour partie (la majeure ? Et alors ?) personnelles. Mais DANS LES FAITS, leurs conquêtes construisent et consolident les droits des travailleurs en général. Notamment pour cette raison simple et évidente que lorsqu’ils échouent, le démantèlement de leur statut sert toujours d’exemple et de justification au démantèlement du statut voisin - comme le montre très exactement toute l’histoire de la réforme des retraites. TOUS les travailleurs ont donc intérêt à ce que CERTAINS travailleurs parviennent à défendre la décence de leurs conditions de travail : la lutte sociale ne s’arrête pas ce soir, les victoires des uns sont susceptibles de servir d’exemple, de modèle et de justification aux luttes - et aux victoires - des autres.

Qu’elles le deviennent en effet dépend de nous : tous les travailleurs, y compris ceux du privé, ont le droit de se syndiquer, de faire grève, de lutter pour la dignité de leurs conditions de travail et de vie. Ces droits n’existent réellement que si on les exerce ; cet exercice est une lutte, et la lutte, ça coûte. Ça coûte en énergie, morale et physique, et ça coûte de l’argent. C’est un risque, toujours : le risque de perdre. Je sais de quoi je parle. Il y faut de l’audace, du courage, de la détermination, et un certain sens du collectif. Toutes qualités dont je n’entends pas beaucoup parler, à propos des grévistes actuellement engagés dans la lutte.

Alors quand bien même je devrais être la seule à le faire, dans ce concert de plaintes d’ « otages » « empêchés » d’aller travailler, je leur dis : chapeau, les grévistes, et merci. Merci pour nous tous.


Source : http://www.bigbangblog.net/ <http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=703>
Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 18:05
chereque-valet.jpgIl fallait s'y attendre. Chérèque, le syndicaliste chuinteur et son état-major réformo-collaborateur ont décidé d'arrêter la grève.

Que fera sa base, ou du moins ce qu'il en reste depuis qu'il va de trahisons en trahisons?

La CFDT-Cheminots appelle à suspendre la grève.




Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 09:51
Tranch--e3.jpgAujourd'hui nous sommes le 19 brumaire de l'an 216 de ( mais pour combien de temps encore?) la République.

Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent. Jean-Paul Sartre

C'est arrivé ce 11 novembre : armistice de 1918 

Pas de revue de presse aujourd'hui. Juste une évocation, en liens de ce que ce jour représente de marmes, de sang et de souffrance.
C'est donc dédiés à tous les morts, fusillés et sacrifiés de la Grande guerre. Aux hommes et aux femmes qui directement ou indirectement, pris dans la Grande boucherie ont souffert au nom du patriotisme revanchard et du capitalisme européen.


Tranch--e2.jpg
"Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes
C'est bien fini, c'est pour toujours
De cette guerre infâme
C'est à Craonne sur le plateau
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous des condamnés
Nous sommes les sacrifiés" (chanson de Craonne)


Pour évoquer la guerre et la mémoire des femmes et des hommes, pensez à aller voir le site de "Là-bas si j'y suis".
La chanson de Craonne
La Chanson de Craonne 1 "Les mutins"
La Chanson de Craonne 2 "Les mutins"
La Chanson de Craonne 3 "Les mutins"

Les lettres de Craonne 1
Les lettres de Craonne 2

Que maudite soit la guerre (vidéo)

Le général Mangin et la "force noire" : les colonies pourvoyeuses de chair à canon.

Fusillés pour l'exemple : les caporaux de Souains, dont Théophile Maupas originaire de la Manche. Et le combat exemplaire de Blanche, sa femme pour le réhabiliter. Elle racontera le drame et son combat dans un ouvrage "Le Fusillé". Cette histoire des quatre caporaux a inspiré les film de Stanley Kubrick "les sentiers de la gloire".

Fusill--2.jpg
Des photos pour ne pas les oublier, car rappelons-le on otait leur nom des monuments aux morts, leur veuve ne touchait pas de pension et on jetait l'opprobe sur leurs enfants. Bref, on les tuait une seconde fois et on enterrait socialement leurs proches.

A la mémoire des fusillés.

Fusillés pour l'exemple.

Fusill--.jpg
Un jour, Robert, fantassin, rentra chez lui en permission, miraculé d'une série d'offensives sanglantes qui avaient broyé son régiment. Quand vint le moment de remonter au front, il refusa. Avec fatalité il se laissa cueillir par les gendarmes. On le fusilla pour l'exemple. Malgré ses états de service, bien qu'il n'ait pas été mutin. Il était malade, cassé dans sa tête. On balaya donc tous les arguments humains pour le soigner et l'épargner. Comme on le balaya d'une rafale de fusils, un jour au petit matin. Il était de la famille du Mammouth.
Cette page lui est dédiée.




Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 15:09
mammouthgrrr.jpgNovembre est un mois  passionnant à vivre pour qui veut étudier la façon de faire de la politique de notre Prince-Président, Louis-Napoléon Sarkozy.Mais c'est bien le mois du deuil pour les solidarités et libertés nationales et républicaines.

Ce n'est peut-être pas encore la tempête sociale, mais de mauvais vents soufflent d'un peu partout dans le royaume de France. Humanistes contre les test ADHaine et les traques de sans-papiers du vichyssiste Hortefeux. Humanistes encore qui appuient les mal-logés méprisés par la ministre très catho et jusqu'au-Boutin Christine du même nom.
Cheminots et autres nantis des régimes dit-spéciaux opposés à l'éxécuteur des basses-œuvres du MEDEF,le matois Xavier Bertrand. Etudiants en soulèvement contre la privatisation des facs de la ministricule Pécresse, gadget universitaire du Prince-Président. Pêcheurs, magistrats, internes récemment.

Une montée des manifestation et des mécontentements. Mais aussi une façon très différente de les régler.

D'abord, ce qui est étonnant, c'est la façon narcissique du Prince-Président d'aller au feu et de tirer la couverture à lui pour régler les crises. Le "Gang des Potiches", comme Libé appelle le gouvernement Fillon, en est réduit à de la pitoyable figuration. A tel point que le ci-devant Fillon, ne peut parler et faire l'important devant les médias que lorsque le Prince est à l'étranger.

Pour Sarkozy, ce n'est pas la rue qui doit parler. Pourtant il sait faire des entorses à ce beau principe politique puisq u'il a cédé en partie aux internes en médecines et en ce moment aux pêcheurs. Notons, à propos de ces derniers qu'ils vont se satisfaire d'un mécanisme de prise en compte de la hausse du carburant dans le prix de la pêche. Hausse que vous et le Mammouth paieront en fin de compte avec un poisson dejà devenu produit de luxe. Merci les pêcheurs bretons! Que n'ont-ils tourné leur colère vers les accapareurs, exploiteurs et autres intermédiaires de la distribution?

Par contre, s'agissant des régimes spéciaux, notre Bonaparte en talonettes, a bien pris la peine devant des patrons américains de dire qu'il ira jusqu'au bout. Il faut non seulement rassurer le marché, mais s'y soumettre avec veulerie.

Mais, sa politique de Gribouille, c'est dans la crise tchadienne qu'elle se dévoile. Notre Prince-Président à l'égo tellement exacerbé qu'il s'est cru obligé aux States de dicter ses volontés au Tchad, en affirmant qu'il irait chercher les français là-bas quoi qu'il arrive. Ce qui ne pouvait que déclencher une réaction bien compréhensible de nationalisme tachdien. D'ailleurs, il eut été plus simple d'empêcher l'oération de se dérouler, ce qui était possible on le sait, que de jouer les zorros en passant par dessus les souverainetés nationales. La France qui n'avait pas bonne presse en Afrique, perd encore un epu plus de crédit. Les africains n'ont toujours pas digéré le discours colonialiste et infantilisant de Dakar. Ils n'admettent pas non plus les tests ADN raciaux de Hortefeux. Et encore moins les injonctions autoritaristes de Sarkozy au Tchad. Que de bourdes en six mois! Qu'en sera-t-il au bout de cinq ans.

Enfin, il vient juste, en notre nom, de se mettre sous l'aile fort déplumée du faucon Bush. Mais qui lui a permis cela? Et où cela nous ménera-t-il, si, comme on peut le craindre, l'alcoolo-intégriste texan décide d'entreprendre une action militaire en Iran?

Le pire est que, s'il fallait en cas de crise, chercher une alternative politique crédible, nous ne la tpouverions pas. La Gauche antilibérale est en capilotade. Quant au PS n'en parlons même pas puisque ce dernier vient de nous trahir en approuvant le traité européen de Sarkozy et en renonçant à demander un référendum.

Les mois qui vont venir n'incitent guère à l'optimisme. Dos au mur, nous n'avons pas vraiment de choix. Tenter de se rassembler, résister et tenir en ne comptant que sur nous. L'occupation libérale avec ses valets collabos va nous sembler bien longue.

Le Mammouth, le 16 brumaire de l'an 216 de la République

Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 17:11
mammouthgrrr.jpgDorénavant, sur une consultation médicale, nous allons devoir verser un Euro non remboursé de notre poche
Nous allons être hyper contrôlés lors de nos arrêts maladie,

Nous allons devoir consulter un généraliste avant de voir un spécialiste,
Pour tout traitement de plus de 91€, nous en serons de 18 € de notre poche

Toutes ces mesures (et d'autres à venir) ont été élaborées par nos têtes pensantes (ou présumées telles) afin de réduire le soi-disant « trou de la Sécu »
Ce fameux trou de 11 milliards d'Euro existe-t-il vraiment ? Ce qui suit peut en faire douter :
Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécurité Sociale, n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 7,8 milliards
Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécurité Sociale, n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu – 3,5 milliards
La partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu – 1,6 milliards
La partie de la taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu – 1,2 milliards
La part de TVA destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu – 2 milliards
Retard de paiement à la Sécurité Sociale pour les contrats aidés – 2,1 milliards
Retard de paiement par les entreprises – 1,9 milliards

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre pharamineux de 20,1 milliards d'Euro.
Conclusion, si les responsables de la Sécurité Sociale et certains hauts politiciens avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd'hui 9 milliards d'excédent
Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu pour 2003
Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 13:16
Borloo-eskimo-1.jpgDepuis qu'il est obligé de faire l'écolo de service, Jean-Louis Borloo qui se voyait en super minsitre des affaires sociales et du budget, s'ennuie ferme. Et doit regretter amèrement la lumière des sunlights gouvernementaux
Mais, comme il faut bien faire quelque chose, notre Jean-Louis vient d'avoir une idée superbe. Faisant son petit Saint-Thomas d'Aquin, il a pris son bâton de pélerin, histoire d'aller voir (pour le croire!) si la banquise était bien en train de fondre. De  plus, un pays qui regorge de glaçon propres à mettre dans le whisky, ne peut être un pays inintéressant.
D'ailleurs, le glacier Kangerlua, où Borloo se rend ainsi en pélérinage écolo-médiatique est une célébrité dans le monde des glaciers puisqu'il a déjà reçu la visite de a chancelière allemande Angela Merkel, du président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso ou de la présidente démocrate du Congrès américain, Nancy Pelosi. Excusez du peu! Amusant de voir tous ces ultralibéraux et  créateurs de pollutions se rendre au chevet du malade qu'ils sont en train d'empoisonner.
Et c'est en Airbus présidentiel, accompagné de deux compères, l'explorateur Jean-Louis Etienne et le photographe Yann Artus-Bertrand (boycotez ses images et ses émissions à celui-là!), que l'ami Borloo va aller brûler des tonnes de kérosène et réduire encore un peu plus le territoire des phoques et des ours blancs! Mais Borloo s'en fiche! La banquise ne recule pas à Neuilly!

Mais on ne peut que rire vert-jaune devant ce cinéma écolo-politique. L'écolo-rigolo Borloo n'est là que pour permettre à son Prince-Président de prendre les mesures qui entraineront encore plus la planète vers des dégats irréversibles. Et dire qu'on a des verts au bord de l'exinction et des anti-ultralibéraux inaudibles. Qui portera le discours offensif et alternatif dont l'écologie politique a besoin?

La dépêche de l'AFP
Borloo au Groenland (Marianne)
Eco-trip de Borloo (Libé)
Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 08:09
mammouthgrrr.jpgC'est un tel déferlement médiatique qu'il faudrait être un ermite de la carrure de Teillard de Chardin, perdu dans un erg (et encore!)  pour échapper peut-être à la frénésie rugbistique qui s'est emparée du Sarkoland depuis plusieurs semaines.

En Ovalie, tout est beau : l'effort, l'esprit d'équipe, la solidarité, les objectifs, la cohésion et bien sûr la réussite. Un peu comme les programmes économiques qui fleurissent dans la principauté du MEDEF .
  C'est un déchaînnement de qualificatifs tous plus élogieux les uns que les autres à propos des  que des brutes pratiqueraient  comme des gentlemen. Et tout le monde de s'esbaudir devant des "dieux du stade" à poils sur des calendriers comme des pin-ups épinglée dans les cabines des chauffeurs routiers.

Il en est de cette coupe du monde que d'autres évènements sportifs mondiaux : on donne au peuple, histoire d'oublier les désagréments des politiques aplliquées par les dirigeants réactionnaires, du pain et des jeux. C'est dire que cette manifestation tombe aussi à pic pour le Prince-Président qui sait que ce genre d'évènement est l'occasion d'une belle union sacrée. Et en ces moments d'hystérie populaire orchestrée, l'opposition se montre encore plus veule que d'habitude.

Mais l'Ovalie a sa face cachée. Son côté obscur. Car depuis quelques temps s'organisent des chasses à l'homme, des traques aux pauvres, des déplacements forcés de SDF. Car il n'est pas question que nos sans domiciles fixes, nos cloches fassent taches sur les trottoirs des grands villes, que des prostituées déambulent le long des routes, interpellent le touriste au détour d'un quai, encombrent des hôtels alors que tant de supporters de tous les pays vont demander à être hébergés.

C'est dire que police et autres forces de la loi du Prince-Président sont fort occupées à faire du méange afin de présenter la France des publicitaires, propre et riante.

La coupe de monde de Rugby c'est cela aussi. Derrière la liesse populaire, les coups de matraques et encore plus d'insécurité pour celles et ceux qui n'en ont déjà pas.

le Mammouth, ne regardera pas ce cirque. Il en profitera pour naviguer vers l'ouest. C'est pour cela que pendant une grosse douzaine de jours, il sera moins présent. Etvous pourrez même vous passer de lui raconter tout cela à son retour.

Le DAL dénonce le sort fait aux SDF

Des associations inquiètent du sort des SDF


La France cache la misère des Roms avant la coupe du monde de rugby



Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 17:51

ensemble_sans.jpgInfirmières bulgares :
le Réseau "Sortir du nucléaire"
accuse M. Sarkozy de se livrer à un "troc nucléaire" injustifiable avec le dictateur libyen Kadhafi.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" accuse M.Sarkozy de se livrer à un "troc nucléaire" injustifiable en proposant au dictateur libyen Kadhafi de la technologie nucléaire en échange des infirmières bulgares.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" ne commentera pas le fait que le Président français s'attribue le mérite des efforts de l'Union européenne pour faire libérer les infirmières bulgares, par contre il dénonce avec la plus grande vigueur la "monnaie d'échange" utilisée par les Sarkozy - l'épouse du chef d'Etat étant son "pion avancé" en Libye - pour arriver à leurs fins.
 
Promouvoir le nucléaire, et tenter d'étendre cette technologie sur la planète, est de façon générale une très mauvaise chose pour l'environnement. Mais fournir de la technologie nucléaire à un dictateur est encore plus irresponsable.

- Certes, MM  Sarkozy et Kadhafi parlent de "nucléaire civil", mais l'expérience et  l'actualité (par exemple en Corée ou en Iran) montrent que nucléaire civil et militaire sont intimement liés.
 
- Certes, M  Kadhafi a officiellement renoncé à un programme nucléaire militaire, mais ce  dictateur est un habitué des revirements brutaux et des pratiques dissimulatoires.

Par ailleurs, il est fort curieux que la commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner, chargée du dossier des infirmières bulgares, ait exprimé le 13 juillet son "agacement" devant le forcing de M Sarkozy, avant de se déclarer 6 jours plus tard "d'accord sur tout" avec M. Sarkozy. Ce dernier attribue une telle importance aux infirmières bulgares que le seul "humanisme" du Président français semble une explication un peu courte.
 
Alors que M Sarkozy travaille en coulisse à la constitution d'un trust nucléaire regroupant Areva, Alstom et Bouygues, on ne peut que se souvenir qu'un des amis proches du Président français n'est autre que Martin Bouygues. Et ne peut que penser que ce dernier serait certainement heureux... de construire des centrales nucléaires en Libye.
 
L'industrie nucléaire est globalement en déclin sur la planète (le nombre de réacteurs qui vont fermer dans les 20 ans est nettement supérieur au nombre de projets de nouveaux réacteurs), mais il apparait que c'est principalement dans les régimes fort peu démocratiques que des projets de relance du nucléaire apparaissent (Chine, Russie, Libye, Algérie, Egypte, Biélorussie, etc).

Il est inacceptable que la France fournisse de la technologie nucléaire à ces pays.
Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Coup de trompe
commenter cet article