Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 18:07
Echarpe.jpgC’est en raison des qualités humaines, autant que par les promesses qui n’engagent, trop souvent, que ceux qui les écoutent, que les électeurs  accordent leurs suffrages à tel ou tel candidat à la magistrature (locale) suprême.

La réputation favorable de l’homme ou de la femme, simple, facilement abordable, honnête, dévoué aux autres, attachés à des valeurs qui seraient les siennes…plus que celles de tous les autres, évidemment, constitue un capital électoral souvent décisif.


Ce qu’ignorent les électeurs, parce que leur favori l’ignore lui-même, ce sont les ressorts personnels, les aspects de la personnalité que l’épreuve du pouvoir va  révéler.

Pour celui qui croit « prendre le pouvoir », après tant de rêves, d’efforts et de tractations diverses, la réalité imprévisible, les aléas de la conjoncture et les évènements   ne tardent pas à le mettre à l’épreuve de lui-même.

Voilà les déclarations d’intentions battues en brèche, les promesses démenties par les contraintes du moment et, ce,  de façon d’autant plus éprouvante que le pouvoir a été conquis dans l’ambiguïté.

L’épreuve du pouvoir confronte l’homme à son destin et à lui-même ; elle l’expose  à une solitude d’autant grande et difficile à assumer quand certains fonctionnements personnels (psychologiques, comportementaux) s’emparent de lui.

Les traquenards politiciens, les retournements de la conjoncture et des hommes conduisent le plus souvent, par déficit de culture politique et d’expérience, à la rétraction, à l’entêtement. Dérive autocratique, paranoïaque parfois, obstination à persévérer dans l’erreur, restriction de l’entourage à un petit nombre de (supposés) fidèles guettant le faux-pas, délibérations secrètes et contournements de la loi au profit des plus influents, des puissants.

La tentation est grande, alors, de tenter de discréditer toute contestation, de ne reconnaître comme constructifs que les seuls avis qui ne remettraient en question, qu’à la marge, les décisions prises ou les projets avancés.

Ainsi voit-on certains élus s’en prendre de façon démagogique et spécifiquement populiste à des associations qui défendent le bien commun plutôt que de tenter, en tant qu’élus, d’intervenir auprès des parlementaires pour faire modifier la loi dont les rappels cumulatifs,   par les tribunaux administratifs, les indisposent.

De façon symptomatique et trop habituelle, l’opposition est alors discréditée, stigmatisée comme dénuée d’intelligence, de compétences, d’intégrité, de capacité d’expertise, d’humanisme du fait même qu’elle s’oppose!

Une telle attitude récuse l’intérêt présenté par la diversité des positions et la confrontation des points de vue ; elle porte évidemment atteinte à la stimulation de l’intelligence collective, à la capacité d’anticiper quelque peu l’avenir.

Signe de faiblesse, elle nuit gravement à la recherche du mieux « vivre-ensemble » par delà les divisions multiples entre groupe et individus dans la cité.

C’est précisément en tentant de surmonter ces divisions, en composant avec elles au lieu de les exploiter, de les exacerber, c’est en tentant de rassembler, que  l’homme (ou la femme)  conscient de ses responsabilités se fait reconnaître en tant qu’homme politique digne de la confiance que le peuple lui a déléguée… pour un temps !

Yann Le Pennec
Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 07:47
Un lecteur du Mammouth lui a envoyé ce témoignage.

Bonsoir,
Le peu que j'ai vu d'Haiti en 2004 m'avait à l'epoque laissé pantois.
J'étais en vacances en Républic Dominicaine et une excursion nous était proposée par deux Haïtien qui avec un petit car faisaient leur Bisness
. Ils nous ont conduit sans visa en Haïti, dans un village non loin de la frontière que nous avons passé sans controle aprés que les flics eurent reçu un copieux bakchich. Je voyage peu dans ce genre de pays miserable, et ici j'ai vu la misere dans toute son ampleur, surtout des " hordes" de gamins affamés maigres, leur école payée par les touristes n'avait qu'une dizaine de pupitres eculés pour 50 ou 60 elèves avec l'enseignement en Français fait par un père blanc .Des filles de 12 ou 13 ans prêtent à se prostituer pour 10 dollars etc...
Plus loin un marché à cheval sur la frontière où  des hommes en haillons se battaient pour avoir le droit de charger dans leur brouette du materiel  matériaux ou victuailles coté dominicain  pour les emmener de l'autre coté de la frontière à 200 m. de là pour quelques pesos. Ici aussi les gosses accrochés au bus mendiant une piecette ou un fruit etc...!
Triste journée , mais il faut voir cela , ça ressitue les futilité auquelles nous nous accrochons.
Cordialement, JG.

Misere Haiti

Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 08:02

Merci de faire circuler notre appel


« Nous ne débattrons pas ». Comme près de 25.000 personnes, vous avez signé l'appel lancé par Mediapart et deux cents personnalités pour refuser la manipulation engagée avec le « grand débat sur l'identité nationale ». Nous vous en remercions vivement.

Grâce à vous, cet appel rassemble aujourd'hui des sensibilités diverses qui se rejoignent sur un point : le pouvoir fabrique là une machine à diviser, à exclure, à stigmatiser.

Vendredi 4 décembre, François Fillon a montré la détermination du gouvernement à poursuivre cette entreprise. Alors, nous aussi, continuons à faire savoir et à mobiliser.

Pour que cet appel prenne sa pleine dimension, celle d'une vaste pétition citoyenne, nous vous invitons à le faire circuler auprès de vos proches, contacts et amis et à les convaincre de signer à leur tour.

Merci d'avance.


La rédaction de Mediapart

Repost 0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 10:36
LE "COLLECTIF 14 POUR LE RESPECT DES DROITS DES ETRANGERS"

APPELLE A UN RASSEMBLEMENT
AUJOURD'HUI, VENDREDI 27 NOVEMBRE A 18H00
DEVANT LA PREFECTURE DE CAEN.

POUR LA LIBERATION ET LA REGULARISATION DE TEMO
(GEORGIEN DE 46 ANS REFUGIE EN FRANCE DEPUIS 2003 !!!)
ENVOYE EN CENTRE DE RETENTION ADMINISTRATIVE ET ACTUELLEMENT DETENU.

DIFFUSEZ DANS VOS RESEAUX ET MOBILISONS-NOUS CONTRE LA TRAQUE DES ETRANGERS !!!


Repost 0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 07:50
Voilà un texte qu'a reçu le Mammouth, fruit de réflexions d'intellectuels venus de divers horizons

Le lancement du débat sur l'identité nationale est-il un acte politique ou seulement politicien ? Dans le contexte de la campagne pour les élections régionales de 2010 et de l'accumulation de sondages d'opinion qui lui sont défavorables, chacun devine que le gouvernement cherche à exploiter les peurs des Français en reliant les thèmes de l'étranger et de la sécurité, de même que ceux du communautarisme et de la condition des femmes. Mais n'y aurait-il pas, par ailleurs, un débat politique de fond qu'on ne saurait refuser par principe ? Beaucoup le pensent. Toutefois ils risquent de le regretter quand ils découvriront la façon dont ce débat aura été organisé concrètement.

Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image. Votre navigateur ne gère peut-être pas l'affichage de cette image.

Pour le comprendre, il faut lire la circulaire envoyée aux préfets le 2 novembre par le ministre de l'immigration, de l'intégration et de l'identité nationale, Eric Besson, leur demandant "d'organiser et de présider" partout en France des débats locaux sur l'identité nationale, et dont la synthèse sera ensuite imposée par le gouvernement comme le résultat de cette vaste consultation des Français.

On y découvre une liste de préjugés et de fausses évidences définissant par avance l'identité nationale alors que l'on prétend la mettre en débat. Beaucoup de sujets sont abordés, mais le thème de "l'étranger" est en réalité central. Et certaines questions formulées à ce sujet sont orientées, choquantes et inacceptables. Détaillons celle-ci : "Comment éviter l'arrivée sur notre territoire d'étrangers en situation irrégulière, aux conditions de vie précaires génératrices de désordres divers (travail clandestin, délinquance) et entretenant, dans une partie de la population, la suspicion vis-à-vis de l'ensemble des étrangers ?" On trouve ici, condensés dans une même phrase, tous les poncifs du discours xénophobe.

1 - Les sans-papiers seraient nécessairement arrivés irrégulièrement. En réalité, l'irrégularité  du séjour ne suppose pas l'entrée illégale. Les dernières réformes ont précarisé le statut des étrangers résidant en France, les faisant basculer dans l'irrégularité pour des motifs de plus en plus nombreux (polygamie, séparation du couple, fin du contrat de travail, rejet de la demande d'asile, fin des études, etc.).

2 - Les sans-papiers auraient nécessairement des conditions de vie précaires. C'est la fameuse "misère du monde" et ce n'est pas totalement faux. Toutefois, en réalité, si leur situation administrative est nécessairement précaire, les sans-papiers peuvent aussi être qualifiés, intégrés, travailler, avoir un logement et payer des impôts.

3 - Cette précarité  serait forcément source de travail clandestin. Ce n'est pas totalement faux. Toutefois, en réalité, nombre de sans-papiers travaillent avec un vrai contrat de travail et sont déclarés. Au demeurant, le "travail au noir" n'est pas réservé aux étrangers irréguliers. Il est au contraire assez répandu (garde d'enfants, cours du soir, ménage, couture, repassage, aide à domicile, etc.).

4 - Cette précarité  serait forcément source de délinquance. C'est le vieux thème d'extrême droite, étranger = délinquance, dissimulé sous le masque de l'apitoiement sur la pauvreté. En réalité, les clandestins sont bien sûr tous délinquants au sens administratif (absence de papiers). Mais pour le reste, leur particularité est généralement d'être au contraire très respectueux de l'ordre public pour ne pas se faire remarquer.

5 - Cela entretient la suspicion de la population à l'égard de l'ensemble des étrangers. Cette idée que la lutte contre les immigrés clandestins permettrait aux immigrés légaux d'être acceptés et de s'intégrer est une idée fausse. D'abord le discours xénophobe, même limité aux clandestins, ne peut qu'alimenter une xénophobie plus générale (il n'est qu'à voir les discours sur la religion musulmane et ses "signes ostensibles"). Ensuite, les pratiques policières qui découlent de la lutte contre l'immigration clandestine touchent en réalité tous les Français dont la peau n'est pas blanche. L'exemple le plus évident est le contrôle d'identité sur la voie publique, autrement dit le contrôle au faciès.

Ainsi, ce débat sur "l'identité nationale" n'est pas seulement contestable sur le fond, il l'est aussi et d'abord sur la méthode. La lecture de la circulaire Besson montre que les conclusions sont largement écrites d'avance. Non seulement la circulaire formule les questions qui seront débattues, mais elle se termine de surcroît par une liste de quinze propositions précises qui, comme par hasard, concernent dans 11 cas sur 15 les étrangers (le reste consiste en cours d'instruction civique, en obligation pour les enfants de chanter régulièrement La Marseillaise et pour les bâtiments publics d'arborer le portrait de Marianne et le drapeau tricolore).

Cela indique bien le niveau réel du débat qui est proposé et le fond de la pensée de ceux qui l'ont conçu. Et qui pourrait élever ce débat, le sortir de ces cadres étriqués aux accents xénophobes ?


A aucun moment il n'est requis la présence des chercheurs spécialistes de la société  française, capables d'aider à objectiver son histoire et sa composition actuelle, pas plus que la présence de représentants des divers partis politiques, syndicats professionnels, grandes associations nationales, institutions religieuses ainsi que les diverses "communautés" pourtant évoquées dans la circulaire.

Dans ces débats, il est seulement demandé aux intendants du prince de recueillir attentivement les peurs du "bon peuple" pour pouvoir ensuite le rassurer en lui parlant de la "fierté d'être français". Non, décidément, les dés sont pipés, il s'agit une manipulation et nous appelons nos concitoyens à contester ces procédés politiciens rétrogrades qui menacent davantage qu'ils ne servent la cohésion sociale en réactualisant le bon vieux manichéisme opposant deux entités mythiques : la "communauté nationale" et les "corps étrangers" qui la menaceraient. 

Repost 0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 08:29
lundi 16 novembre 20h15 au sélect

ciné-débat vous propose

le film culte de Stanley KUBRICK :  "LES SENTIERS DE LA GLOIRE"

longtemps interdit dans les salles françaises par la censure au service de la "Grande Muette" et de ses culottes de peau nationalistes, ce film traite d'un sujet longtemps tabou en France : "les fusilliers pour l'exemple"

Nous présenterons des documents et une exposition, prêtée aimablement par Madame Laisney, auteure du livre "Blanche Maupas, mon combat pour l'honneur de Théo et des caporaux de Souain", avec la participation au débat de Monsieur Jean-Pierre Degive, militant syndicaliste

Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 08:39
Aujourd'hui, ce 11 novembre 2009, nous sommes le 21 brumaire de l'an 218 de la République (mais pour combien de temps encore?) .

Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen de 1793
Art 35 :
"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."

Aux gouvernants et aux bellicistes : "La guerre n'est pas une aventure. La guerre est une maladie. Comme le typhus." Antoine de Saint-Exupéry

En cette journée de commémoration de la Grande Boucherie de 14-18, pensons à ceux qui n'ont pas l'honneur des monuments aux morts, les fusillés pour l'exemple : socialistes de 1917, soldats épuisés qui n'avaient plus la forcre de remonter au front, poilus rendus fous par des jours de bombardements et qui ne savaient plus ce qu'ils faisiaent.
Pensons aussi à leur femme qui a deux fois été affectée : par la mort du fils, de ml'époux, du frère et par l'oppprobe qu'on a jeté sur leur mémoire alors qu'elles étaient dans une grande misère morale et matérielle.
N'oublions pas ces gradés, grands et petits, incapables et laches qui ont dépensé le sang de leurs hommes et les ont envoyé devant les poteaux d'éxécution. Ces tristes personnages souvent planqué loin de la zone de feu, ont été honorés et ont vécu assez longtemps pour continuer à sévir en collaborant.
N'oublions pas que nops hommes politiques, jusque dans les années soixante-dix n'ont pas voulu lever le voile sur les procès iniques et ont défendu l'Armée et ses gradés criminels.
Rendons hommage aux femmes, comme Blanche, Maupas, et aux hommes qui se sont levés contre l'injustice et  qui continuent de se battre pour que justice soit rendu à ces malheureux.


La "Chanson de Craonne", chason des mutins de 1917 

Fusillés pour l'exemple ( Le Télégramme )
Les fusillés pour l'exemple  
Les fusillés pour l'exemple ne dorment toujours pas en paix 
Monuments aux morts pacifistes  

Repost 0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 08:10

Demain 11 novembre, France 2 passera un téléfilm qu'il faut absolumenbt regarder ou enregistrer. L'histoire de Blanche Maupas et de son combat pour la réhabilitation de Théophile, son mari
, fusillé pour l'exemple, injustement accusé de lâcheté avec trois autres camarades.

Cette histoire, celle des caporaux de Souains a inspiré Stanley Kubrick qui en a fait le film "Les Sentiers de la Gloire" interdit en France jusqu'au milieu des années soixante-dix.
Avec cette histoire parmi toutes celles de ces hommes fusillés par une hierarchie militaire aussi froide et inhumaine qu'incapable militairement, se pose la question de la réhabilitation des mutins de la grande guerre et de ces pauvres diables collés au poteau pour avoir paniqué.

Car ces malheureux étaient tués deux fois. Ils tombaient sous les balles de leurs camarades et leurs noms étaient oubliés des monuments aux morts. Quand à leurs veuves et leurs enfants, la nation leur refusait toute pension et aide en sus de l'opprobe publique qui s'abattait sur eux.
Le Mammouth se souvient que Mitterand avait grâcié les généraux putchistes d'Alger. Mais, comme ses successeurs, il n'avait pas réhabilité les fusillés pour l'exemple. Quand justice leur sera-t-elle rendue?

Repost 0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 08:03
Colère et indignation dans la Manche à l'issue d'un vote du Conseil Général qui a signifié la mort de deux collèges publics du Sud de ce département. Fortement rural, enclavée, déjà en déficit de services publics, cette région vient d'être condamnée à la triple peine par des élus départementaux, dont le courage n'est pas la plus grande des vertus.
Face à des parents d'élèves et des élus venus défendre leurs établissements, ils ont honteusement voté à bulletins secrets la mort des collèges.
Par contre, quatre établissements catholiques ont été épargné par ces conseillers généraux arrosés à l'eau bénite.
Dans le Mortanais dorénavant, si vous voulez que votre enfant étudie dans un collège public, il lui faudra faire deux heures aller-retour de trajet. L'enfant fatigué remercie par avance ces élus de la France chouanne. Peut-être aussi vous rembourseront-ils la taxe-carbone? On ne sait jamais, en ces terres de mission catholique, un miracle est toujours possible!
Sinon, vous n'aurez pas le choix et il lui faudra aller écouter les litanies de l'enseignement catholique.
Inadmissible!

Ils ont osé fermer les collèges!
Repost 0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 08:22
Lu dans Politis

"Une consultation nationale sur l’ouverture du capital de La Poste sera organisée le 3 octobre, alors que le Conseil des ministres doit examiner prochainement le projet de loi modifiant son statut.

Une mobilisation de cette ampleur pour défendre un service public, c’est du jamais vu. Une consultation nationale sur l’avenir de La Poste sera organisée le 3 octobre par le Comité national contre la privatisation de La Poste, qui réunit l’ensemble des organisations syndicales, d’usagers, des partis de gauche et les gaullistes de Debout la République. Plusieurs organisations d’élus se joignent à cette initiative qui se tiendra dans l’Hexagone et dans les DOM-TOM."

Après l'appel à la grève pour les personnels de la Poste, le 22 septembre, une grande votation citoyenne sera organisée le 3 octobre pour défendre la Poste.
Défendre la Poste c'est défendre notre bien commun!


Repost 0