Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 07:49
Le témoignage d'une militante manchoise, qui raconte (à chaud) sa manif.
Ce qui est certain c'est que tout le monde s'accirde sur l'inutile brutalité et les provocations des forces de l'ordre. Sarkozy partout, Justice et paix nulle part!


Rappel : St-Lô petite préfecture de 30 000 habitants dans le centre Manche, zone plutôt rurale et de droite... Les manifs y sont (étaient) toujours très tranquilles !

Départ vers 9h de la manif, le cortège éducation nationale (enseignants et lycéens) se dirige vers l'école que Sarkozy doit visiter. Plus de 2000 manifestants sont bloqués à 1km du site (la manif devait aller un peu plus loin, ça avait été vu avec la préfecture). Premier accrochage : les manifestants piétinent, ça s'échauffe, beaucoup de bruit... Demi-tour avant que ça dégénère : les CRS en face sont très menaçants.

Quelques militants s'approchent de l'école par des voies détournées, ils sont poussés violemment, déplacés et bloqués à proximité de l'école (environ 300 à 400 personnes), font du bruit, mais Sarkozy arrive par l'autre côté : pas de contacts. Pendant ce temps, beaucoup de manifestants se sont rassemblés autour de la place où Sarkozy doit prononcer son discours :10 000 manifestants d'après les syndicats, combien selon la police ? Ce sont des enseignants, des militants syndicaux (grosse présence de SUD, nombreux FSU et CGT), quelques politiques de gauche(PS, LCR) et des militants associatifs (grosse présence du réseau sortir du nucléaire), des lycéens, des gens de tous âges plutôt tranquilles. La place n'est accessible qu'aux invités : les politiques locaux, les chefs d'établissements.

Les manifestants sont bloqués tout autour de la place, face à des CRS armés, casqués et agressifs : dès 11h, beaucoup de bruits, de mouvements de foule, de slogans, de musique. Rien ne se passe, tout le monde piétine, attend. Une vitrine tombe suite à un mouvement de foule provoqué par des CRS de plus en plus nerveux et provoquants : l'heure de l'arrivée de Sarkozy approche, personne ne doit avoir accès à la place, à part la trentaine de bons citoyens UMP qui tient lieu de foule en délire (comme le maire de ST-Lô doit être déçu !).

Pendant 2h 30 environ la situation va se dégrader peu à peu : les CRS répondent de façon extrêmement violente au moindre mouvement de foule et lancent des bombes lacrymo au milieu des manifestants, créant des mouvements de panique. Les militants syndicaux (hommes et femmes) s'interposent et sont matraqués ou gazés en pleine figure. Dans un coin de la place (près de l'église), deux syndicalistes sont arrêtés très violemment et traînés, provoquant un mouvement de la foule pour les protéger. Partout des slogans anti police, des adultes qui viennent protéger les lycéens. Ceux-ci sont effectivement particulièrement dangereux : ils lancent aux CRS le contenu de leurs trousses, des chaussures et des oeufs !!!!!! Tarif : un blanco lancé, une bombe lacrymo dans la foule. Les CRS ont un comportement odieux, brandissent leurs matraques et flash balls face à la foule, menacent certains manifestants, font de la provocation.

A 13h, Sarkozy quitte la place, une partie de la manifestation part vers le commissariat où des syndicalistes et des lycéens ont été amenés. Refus de la commissaire de rencontrer les représentants de l'intersyndicale ; à la troisième sommation, elle fait arroser tous les manifestants de gaz lacrymo pour disperser la foule qui reflue vers la place de la mairie. On assiste alors à des arrestations musclées, des coups, des charges des CRS. Le préfet interpellé à plusieurs reprises par l'intersyndicale refuse de les recevoir, d'apaiser la situation. Avant que ça ne dégénère encore plus, la manifestation se disperse ; une réunion intersyndicale se tient alors dans la maison des syndicats.

En résumé : une présence policière disproportionnée, provoquante, agressive face à une manifestation qui aurait pu se passer beaucoup plus calmement... 8 blessés, des militants syndicaux bousculés et méprisés, plusieurs arrestations...

Notes du Mammouth :
-entre 4 000 et 5 000 manifestants semble être un chiffre raisonnable. Notons qu'en ces terres pluitôt tyranquilles d'habitude, une manif de cette ampleur est exceptionnelle et révélatrice.

11 blessés, 9 arrestations
-le Mammouth (militant FSU) se doit aussi de rectifier l'appréciation militante de cette camarade, qui par sympathie peut-être compréhensible pour SUD, a occulté la présence très forte de la CGT et surtout de la FSU sur qui a reposé l'organisation de la manifestation et la coordination unitaire. Il ne s'agit pas ici de faire du prosélytisme pour une organisation ni de distribuer des bons points, mais simplement de rétablir la vérité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Mammouth - dans Sarkoland
commenter cet article

commentaires

JMS 13/01/2009 18:15







Un qui ne manque pas de souffle, c’est le conseiller général de Granville, Jean-Marc Julienne élu avec l’appui de la municipalité actuelle. Il n’y a pas si longtemps, il manifestait avec les parents d’élèves des écoles de Granville contre la politique scolaire du gouvernement et le démantèlement du service public de l’éducation nationale.
Hier à St Lo,  en grandes pompes, il saluait Sarko pour glorifier cette même politique scolaire pendant que les manifestants se faisaient matraquer par la flicaille.
La gauche Caruhel, c’est formidable.